Collaborer ou résister.

Il n’y a plus d’issue. Je ne peux plus détourner mon regard, ni ignorer le profond dégoût qui m’envahit. Je ne peux plus ravaler mon amertume, ni fermer les yeux sur ma France. J’abhorre savoir que tant de mes concitoyens ont fait le choix délibéré du chacun pour soi, du libéralisme sans vergogne, des inégalités assumées. Je n’aime pas les savoir bernés à grand renfort de média par les puissances de l’argent – une poignée de cupides qui se gargarisent de richesses, assis sur la misère du peuple. Pire que tout, je déteste que ces élections me jettent au visage sans que je puisse y échapper l’incroyable mesquinerie conditionnée de la nature humaine quand elle est mue par la peur. Honte à notre indécrottable couardise.

Non. Il n’y a plus d’issue.
Non. Vraiment , je ne peux plus détourner mon regard.
La dictature de la finance est à nos portes, et la dictature fasciste grimpe à nos fenêtre, ne nous laissant le choix que d’une seule question.
Collaborer, ou résister ?

Quand les médias appartiendront tous à la dictature: collaborer, ou résister ?
Quand toutes les institutions en répondront à la dictature: collaborer, ou résister ?
Quand la patrie sera sous le joug des puissants: collaborer, ou résister ?
Quand les faibles seront ouvertement la proie des forts: collaborer, ou résister ?
Quand les « autres », les « différents », les « minoritaires » seront attaqués: collaborer, ou résister ?

Aujourd’hui, partout où je regarde, partout où j’écoute, on m’intime, on m’alpague, on m’agresse pour que je me range, pour que je cède au moindre mal. Ne comprennent-ils pas la supercherie de la plus vile dictature des deux, qui a utilisé l’autre pour parvenir à ses fins, et assouvir au grand jour enfin sa soif de pouvoir ? Ne la voyaient-il pas tapie dans l’ombre telle la mort qui attend son heure pour frapper ?
La dictature de l’argent, oui, nous frappera tous, comme notre inévitable finitude. Elle nous divisera tous, nous manipulera tous, comme elle le fait si bien déjà. Pourquoi changerait-elle à quelques jours du pouvoir suprême que notre pays est près à lui offrir presque sur un plateau ?

Ma France, ma si belle France des lumières, l’heure d’un nouveau maquis a sonné, comme un glas terrible et inévitable. Comment servir son art, ou sa patrie, autrement que dans la révolte quand l’autoritarisme gronde de tous côtés ? Où porter ma plume, o porter ma voix, quand la liberté de conscience est ainsi galvaudée par les puissances de l’argent ? Comment ne pas souffrir de voir sa nation ainsi violée et prostituée ?

A mes camarades, artistes, artisans, ouvriers, rêveurs, aux insoumis, aux dégoûtés…. Il est temps. L’heure de la résistance, la vraie, l’obligatoire, l’absolue, a sonné. Unissons nous en nos consciences, en nos coeurs et dans les rues de France que nous irons noircir de notre multitude, en hérétiques vertueux face aux Satans modernes et leurs dogmes vomitifs, face aux vils, aux injustes, et leurs lois liberticides ! Soyons sous toutes les bannières de liberté et d’émancipation, de toutes les revendications de jours meilleurs, de tous les combats humanistes et écologistes, de toutes les luttes des faibles contre les forts !

A mes camarades, nous serons les maquisards de la résistance de notre siècle décadent, qui, libéralisme au fusil, mènera sans doute notre civilisation au trépas. Mais, amis, si nous devons nous éteindre, alors périssons dans la dignité, avec pour seul habit, notre humanisme, notre universalisme, nos lumières !

Un jour viendra ou l’on gravera nos épitaphes quelque part sur des morceaux de pierre.
Amis, qu’on y lise jamais « collabo ».

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s